Foire aux questions

Vous trouverez ci-dessous une liste des questions les plus fréquemment posées au sujet du cours de DCT. Si vous avez des questions spécifiques sur le cours, veuillez me contacter à david@freedomfrompelvicpain.com. Si vous avez commencé le cours, vous pouvez me contacter par email si vous avez des questions et vous pouvez également rejoindre le groupe de DCT sur facebook.

J'ai été diagnostiqué avec le syndrome de douleur pelvienne chronique/C.P.P.S ? Comment puis-je récupérer ?

Le syndrome de douleur pelvienne chronique se caractérise par des symptômes de douleur pelvienne qui durent au moins 3 mois et ce au cours des 6 derniers mois avec absence d’infection bactérienne des voies urinaires ou de bactéries identifiables dans la prostate et cependant vous souffrez de symptômes urinaires et de dysfonction sexuelle. Les symptômes comprennent des douleurs dans le périnée, la région pubienne, les testicules ou l’extrémité du pénis et sont parfois exacerbés par la miction ou l’éjaculation. Les hommes peuvent également ressentir des douleurs dans le bas-ventre, les hanches et le bassin.

Si vous souffrez du syndrome de douleur pelvienne chronique, il est important de se rappeler que vous n’êtes pas seul. Le CP/CPPS a une prévalence mondiale estimée entre 11% et 16% (1,2,3) et est le diagnostic urologique le plus fréquent chez les hommes de moins de 50 ans (1). Il y a plus de 2 millions de visites pour la prostatite chaque année aux États-Unis seulement(4).

La prostatite ou C.P.P.S./type III est la forme la plus courante de prostatite, elle représentant de 8 % à 15 % des consultations externes en urologie (5). Les thérapies actuellement disponibles ont une efficacité limitée, ce qui entraîne de la frustration chez les patients et les soignants. En raison de sa prévalence élevée et de l’absence de thérapies efficaces, les coûts directs et indirects associés aux prostatites CPPS/type III sont considérables. (5)

Le cours de DCT est destiné aux hommes souffrant de CPPS.

Quelle est la cause du C.P.P.S ?

Il y a différentes théories proposées sur les causes du CPPS. Cependant, il est largement admis que la tension musculaire est un facteur causal du CPPS et de la douleur pelvienne en général. Vous trouverez la théorie proposée dans les livres sur la douleur pelvienne et de nombreux sites de physiothérapie. C’est une théorie avec laquelle nous sommes en accord. Afin de récupérer du CPPS les tensions musculaires excessives doivent être traitée.

Comment traite-t-on les tensions musculaires excessives ?

C’est une question qui a obsédé David McCoid pendant deux ans. Ses recherches l’ont finalement amené à découvrir le travail du physiothérapeute Nic Bartolotta. Nic Bartolotta a développé un système de traitement de la tension musculaire et fasciale appelé Dynamic Contraction Technique™. Nic a utilisé cette approche pour soulager la douleur et c’est également forgé une réputation dans le sport professionnel utilisant sa technique avec de nombreuses équipes sportives d’élite, en particulier en NBA.

Comme il travaillait déjà avec des patientes souffrant de douleurs pelviennes et qu’il était lui-même un ancien patient, David est entré en relation avec Nic pour s’informer sur le DCT. David a alors pris la décision de s’entraîner au DCT à San Diego. Après avoir terminé sa formation, David et Nic ont créé un programme en ligne pour enseigner aux personnes souffrant de CPPS comment appliquer les techniques du DCT sur leur propre corps. Le programme a été créé spécifiquement pour le CPPS. Il s’agit du premier cours disponible en ligne pour traiter la tension musculaire associée au syndrome de douleur pelvienne chronique. Le programme a été créé spécifiquement pour le CPPS. Il s’agit du premier cours disponible en ligne pour traiter la tension musculaire associée au syndrome de douleur pelvienne chronique.

Comment le DCT traite-t-il la tension musculaire qui cause le CPPS ?

Le DCT s’écarte radicalement de l’approche traditionnelle du traitement du CPPS. Les traitements classiques se concentrent sur la relaxation musculaire. La thérapie manuelle est souvent utilisée pour détendre les muscles. L’étirement statique est couramment prescrit aux patients. C’était la forme d’étirement que l’on à conseillé à David de faire et c’est le type d’étirement que l’on trouve dans de nombreux livres sur la douleur pelvienne. Il est dit aux patients de se détendre, de faire des étirements et on leur demande souvent de  » lâcher prise  » lorsqu’ils s’étirent.

Lorsque vous commencez la DCT, vous ne détendez pas vos muscles. Vous les contractez et résistez à mesure qu’ils s’allongent. Le DCT est une forme spécifique d’étirement et de résistance. L’étirement couplé à de la résistance est une nouvelle forme d’étirement et n’est actuellement enseigné dans aucun cours de physiothérapie aux États-Unis ou au Royaume-Uni.

L’étirement avec résistance exige que le patient abandonne une certaine croyance à propos des muscles et de l’étirement traditionnel. Il est généralement admis que pour qu’un muscle s’allonge, il faut le détendre. Cette croyance est fausse.

Les muscles peuvent s’allonger tout en produisant de la force (en essayant de se contracter) et ce avec des contractions musculaires excentriques. Bien que le DCT utilise les trois différents types de contractions musculaires, c’est la contraction excentrique qui évacue la tension hors du muscle.

Le DCT peut sembler être une approche étrange pour des patients souffrant de douleurs pelviennes lorsqu’elles essaient pour la premiere fois surtout après avoir suivi de nombreux traitements qui se concentrent sur la relaxation ou le relâchement des muscles. Nous pensons qu’après avoir suivis les cours de DCT, vous ne voudrez plus jamais vous détendre pendant un étirement, car vous ne vous sentirez plus bien. Le DCT à une approche vraiment différente des étirements qui apportent vraiment des changements le corps.

Nous sommes confiants que vous continuerez à pratiquer le DCT même après votre rétablissement, simplement parce que vous vous sentirez mieux grâce aux nombreux bienfaits pour la santé et la forme physique qui découlent de faire des étirements avec de la résistance.

Le DCT traite les tensions musculaires et fasciales avec trois contractions musculaires différentes – concentriques, isométriques et excentriques et c ‘est la contraction finale qui tire la tension hors du muscle.

On m'a diagnostiqué des trigger points dans le plancher pelvien. La DCT peut-il aider ?

Les trigger points myofasciaux sont un concept controversé. Les points gachettes myofasciaux décrits par Travell et Simons ont maintenant été réfutés. (6) Personne ne doute que les gens ont des points douloureux qui peuvent créer ou référer à une douleur, mais la présence de bandes tendues ou de trigger points myofasciaux n’a jamais été prouvée.

Quand on dit aux gens qu’ils ont des trigger points dans le plancher pelvien, ils ont essentiellement un plancher pelvien raccourci et faible. L’approche conventionnelle du traitement du CPPS consiste pour les physiothérapeutes à traiter les trigger points individuels du plancher pelvien. Un programme d’étirement est habituellement prescrit, mais il s’agit habituellement d’un étirement statique, comme on le trouve dans de nombreux livres sur la douleur pelvienne. Pour les hommes, cette approche s’est avérée tout aussi efficace qu’un massage régulier du corps entier. (7) (7)

Notre approche est différente en ce sens que nous croyons que le plancher pelvien n’est pas le principal problème du CPPS. Le plancher pelvien réagit aux tensions dans tout le corps, en particulier les hanches et les fléchisseurs des hanches. Ce n’est qu’en travaillant sur l’ensemble du corps que le plancher pelvien peut être réhabilité avec succès.

De nombreuses personnes se sont rétablies de douleurs pelviennes sans traitement interne des trigger points. Le traitement interne n’est pas nécessaire pour se remettre d’une douleur pelvienne.

En quoi le DCT diffère-t-il des étirements réguliers que l'on trouve dans les livres sur la douleur pelvienne ?

Le type d’étirement que l’on trouve dans les livres sur la douleur pelvienne ou dans les vidéos youtube sur la douleur pelvienne est l’étirement statique. C’est la forme d’étirement où vous vous détendez dans une position jusqu’à ce que vous sentiez un étirement et le teniez pendant un temps allant de 15 à 60 secondes, il vous est souvent conseillé de répéter ceci plusieurs fois dans la journée. Cette forme d’étirement ne modifie pas les tissus et n’a pas d’impact sur l’extensibilité/longueur des muscles. Les effets de l’étirement statique sont neuronaux. Elle modifie votre système nerveux mais ne modifie pas la structure de vos muscles. Cette forme d’étirement modifie votre tolérance à l’étirement, le point à partir duquel vous sentez l’étirement et ne pouvez plus aller plus loin. C’est ainsi que cette forme d’étirement augmente votre amplitude de mouvement. Il ne change pas vos tissus. (8.9) (8.9)

Le DCT est une approche qui va créer des changements permanents dans les tensions musculaires et fasciales. Avec le DCT, vous ne vous détendez pas en vous étirant. Vous contractez les muscles contre la résistance à mesure qu’ils s’allongent.

Puis-je faire du yoga à la place ?

Le DCT n’est pas similaire au yoga. Dès que vous commencez le cours, vous vous rendrez compte qu’il est très différent. Très souvent, avec le yoga, l’objectif est simplement de devenir plus flexible ou d’obtenir des poses plus impressionnantes. Ce n’est pas le cas avec le DCT. L’objectif du DCT est de créer de la flexibilité avec de la force.

Est-ce que je peux apprendre le DCT auprès d'un physiothérapeute du plancher pelvien ?

La réponse à cette question est non. La technique de contraction dynamique est une forme unique d’étirement avec de la résistance. Ni le DCT ni les étirements avec résistance ne sont enseignés dans le cadre d’un cours de physiothérapie aux États-Unis ou au Royaume-Uni. Le DCT a été créé par le physiothérapeute Nic Bartolotta, le co-créateur du programme de DCT pour la douleur pelvienne. Cette technique de contraction dynamique est utilisée par de nombreux joueurs et équipes de basket-ball dans la NBA. .

Le DCT étire-t-il directement le plancher pelvien ?

Il est impossible d’étirer directement le plancher pelvien car le plancher pelvien n’est pas relié à une articulation. Le plancher pelvien soutient vos organes se trouvant au-dessus et joue un rôle dans la miction, la défécation et la fonction sexuelle. On croit à tort que la physiothérapie interne du plancher pelvien étire les tissus du plancher pelvien, mais ce n’est pas possible. La physiothérapie interne ou *les baguettes* des trigger points n’ont aucun effet mécanique sur les tissus du plancher pelvien.

Les études réalisées sur les baguettes utilisées sur les trigger points montrent une réduction de la sensibilité des points gâchettes. Ce résultat est prévisible. Si vous appuyez sur n’importe quel point du corps de façon répétée, cette zone du corps se désensibilisera à ce stimulus. C’est simplement ce que fait le système nerveux, il s’habitue à des stimulus répétés. Une réduction de la sensibilité des trigger points ne signifie pas qu’il y a un changement dans les tissus du muscle.

Bien qu’il ne soit pas toujours possible d’étirer directement le plancher pelvien, cela ne veut pas dire que le plancher pelvien ne peut pas être réhabilité. Aucun muscle ou groupe musculaire ne travaille de façon isolée. Le plancher pelvien s’allongera lorsque les muscles et les tissus conjonctifs environnants auront été allongés. Dans le cours de DCT, vous travaillerez sur les groupes musculaires autour du plancher pelvien tels que les fessiers, les rotateurs de hanche, les fléchisseurs de hanche, les adducteurs et les ischio-jambiers.

Dans les douleurs pelviennes, le plancher pelvien n’est pas le principal problème. Si vous pensez à une combinaison de plongée autour des hanches, du bassin et des jambes, cette combinaison doit être allongée et renforcée. La combinaison de plongée étant une analogie pour votre tissu conjonctif. Le plancher pelvien n’est qu’une partie de cette combinaison.

Le rétablissement d’une douleur pelvienne consiste à charger (Résistance Stretching) les tissus et non à les détendre.

Le Botox m'a été recommandé, est-ce que ça va m'aider ?

Il y a peu de preuves suggérant que le botox peut guérir la douleur pelvienne ou le dysfonctionnement du plancher pelvien. Le Botox agit en empêchant les signaux des cellules nerveuses d’atteindre les muscles, ce qui paralyse temporairement les muscles.

Bien que le Botox empêche un muscle de se contracter, le traitement de la tension musculaire n’est pas aussi simple. Si le traitement de la tension musculaire était aussi facile, tout le monde se ferait botoxer le plancher pelvien et finirait par se rétablir.

Comme cela est discuté dans le cours de DCT afin de traiter la tension musculaire, un muscle a besoin de se contracter contre une résistance à mesure qu’il s’allonge. Si du botox était injecté dans un muscle, le patient serait incapable de contracter le muscle pendant que celui-ci s’allonge et serait donc certainement incapable d’effectuer le DCT sur le muscle botoxé. Le Botox pour la douleur pelvienne est basé sur l’idée que le rétablissement de la douleur pelvienne est simplement une question de relaxation musculaire. Alors que nous, nous croyons que l’approche correcte pour traiter la tension musculaire est de rendre le muscle à la fois plus long et plus fort.

Je souffre du syndrome Hard Flaccid (penis dur au repos) ? Cette condition peut-elle être résolue ?

Le syndrome nommé Hard Flaccid est une condition pénible où le pénis est dans un état contracté flasque mais est dur au toucher. Le Hard Flaccid n’est pas un terme reconnu par la profession médicale, il n’y a eu qu’un seul article médical jamais publié sur cette condition. C’est un terme qui s’est développé à partir des forums de patients. Comme le CPPS,

il existe différentes théories sur la cause de cette condition. Sur les forums de patients discutant de cette condition, il est de nouveau largement admis que la tension musculaire est un facteur causal. Parfois, les personnes souffrant de CPPS développent également le Hard Flaccid. La solution que nous proposons est la même que celle que nous proposons pour le CPPS. Nous croyons qu’une tension musculaire excessive est à la source du Hard Flaccid qui a pour conséquence un pénis dur au repos. Le syndrome nommé Hard Flaccid peut être résolu en relâchant les tensions musculaires et fasciales à l’intérieur et autour du bassin. Nous croyons qu’une tension musculaire excessive est à la source du Hard Flaccid qui a pour conséquence un pénis dur au repos. Le syndrome nommé Hard Flaccid peut être résolu en relâchant les tensions musculaires et fasciales à l’intérieur et autour du bassin.

Combien de temps faudra-t-il pour récupérer ?

La réponse à cette question dépend de nombreux facteurs : votre dévouement au programme de DCT, depuis combien de temps vous souffrez de douleurs ou de dysfonctionnements pelviens et à quel point vos tissus sont serrés. Cependant, la récupération se fera sur plusieurs mois et non sur plusieurs semaines. le DCT peut offrir un rétablissement complet dans le domaine de la douleur pelvienne, mais ce n’est pas une solution miracle. Il faudra du dévouement, de la patience et de la persévérance. Nous voulons que les gens réussissent le cours, alors s’il vous plaît envoyez un courriel chaque fois que vous avez des questions – david@freedomfrompelvicpain.com et rejoignez le groupe facebook.

How is DCT different to PNF

La facilitation neuromusculaire proprioceptive (PNF) est une forme d’étirement et de résistance assistée qui existe depuis les années 1940. Le PNF était à l’origine utilisé dans la rééducation des personnes souffrant de paralysie et/ou de troubles musculaires en raison de ses effets neurologiques sur l’organisme. La proprioception est de savoir où se trouve une articulation dans l’espace. Par exemple, si vous fermé les yeux et que quelqu’un lève votre bras sur le côté et plie votre coude à 90 degrés, vous serez en mesure de lui dire que votre coude est plié sans le regarder. La facilitation neuromusculaire fait référence au fait qu’en fin de compte, ce sont les signaux de votre cerveau qui stimulent les contractions musculaires. Voici comment le PNF est exécuté ainsi que que la théorie derrière, pourquoi et comment il fonctionne. (En Anglais) The practitioner picks a muscle they would like to stretch on their patient/client like the hamstring muscle. They then lengthen that muscle and ask the patient to resists against them using that muscle. In the case of the hamstring the patient would be lying on their back with one leg lifted by the therapist and they would be kicking their heel into the therapist’s hand for resistance. The therapist does not let the leg move forcing the patient to hold and isometric contraction for 5-6 seconds. The therapist then places their hands on the front of the foot/leg and asks the client to pull their leg towards their chest against resistance. Again an isometric contraction is held for 5-6 seconds. Finally the therapist returns their hands to the heel and asks the client to relax while they move their leg into a deeper stretch. The process can be repeated indefinitely continually providing more and more range of motion (ROM). With PNF the range of motion that is gained is due mostly to a neurological effect where activating two groups of muscles that are in an agonist and antagonist relationship(means one muscle does the exact opposite action that the other one does) causes relaxation of tone in the target muscles. As soon as the muscle undergoes stress the tone will return and the range of motion that was gained will be lost. This does not mean that the method lacks value, actually, it is an extremely effective way to accomplish exactly what the name describes, “Proprioceptive Nuromuscular Facilitation.” PNF essentially helps reestablish a connection between the mind and body relative to joint function at different ranges of motion. This is very different than removing muscle tension, and very different in practice than DCT™. DCT™ utilizes three different muscle contractions to remove tension from muscles. Let’s compare the PNF hamstring stretch described above to that of a DCT™ exercise. A DCT™ Practitioner would allow the client to perform hamstring extensions by resisting them at the heel but allowing them to slowly kick their leg down to the floor. This is a concentric contraction that builds strength in the hamstrings of the client. The concentric contractions will be repeated until the client begins to feel fatigue or a burn in the target muscles. Once fatigued, the Practitioner will have the client hold an isometric contraction at the smallest range of motion (with the heel close to the floor). The isometric contraction is used to further isolate the hamstrings and to make sure that the muscle tissue remains engaged as the Practitioner begins to push the clients leg towards their chest against the clients resistance. This is an eccentric contraction and is actually the phase of a DCT™ exercise where tension is removed from a muscle. (See Lesson 3 in the How my Body Works section of our website) A DCT™ exercise recruits muscle tissue that is around areas of tension (knots), maintains the activation, and then forces the muscle to pull against itself removing the muscle tension from the inside out. This is a physiological phenomenon and has immediate and lasting physiological effects on the body

References

1. Chronic Prostatitis current concepts. Ram Vaidyanathan and Vibash C.Mishra 2010

2. Prevalence of a physician-assigned diagnosis of prostatitis: the Olmsted County Study of Urinary Symptoms and Health Status Among Men. Roberts Roberts, Lieber MM, Rhode T, Girman CJ, Bostwick DG, Jacobsen SJ.

3. Prevalence and correlates of prostatitis in the health professionals follow-up study cohort. Collins MM, Meigs JB, Barry MJ, Walker Corkery E, Giovannucci E, Kawachi

4. How common is prostatitis? A national survey of physician visits Collns MM, Stafford RS, O’Leary MP, Barry MJ.

5. Male Chronic Pelvic Pain Syndrome: Prevalence, Risk Factors, Treatment Patterns, and Socioeconomic Impact

6. A critical evaluation of the trigger point phenomenon Quintner and Bove 2015

7. Randomized multicenter feasibility trial of myofascial physical therapy for the treatment of urological chronic pelvic pain syndromes. Randomized multicenter feasibility trial of myofascial physical therapy for the treatment of urological chronic pelvic pain syndromes. Fitzgerald MP Anderson RU, Potts J, Payne CK, Peters KM, Clemens JQ, Kotarinos R, Fraser L, Cosby A, Fortman C, Nevlille C, Badillo S, Odabachian L, Sanfield A, O’Dougherty B, Hallke-Podell R, Cen L, Chuai S, Landis JR, Mickelberg K, Barrel T, Kusek JW, Nyberg JW, Nyberg LM.

8. Increased range of motion after static stretching is not due to changes in muscle and tendon structures. 2014 Jun Kondrad A, Tilip M.

9. Increasing muscle extensibility: a matter of increasing length or modifying sensation? Weppler CH, Magnusson SP. 2010

10. Equal Improvement in Men and Women in the Treatment of Urologic Chronic Pelvic Pain Syndrome Using a Multi-modal Protocol with an Internal Myofascial Trigger Point Wand Wise Anderson Sawyer Nathanson Smith 2016

Have a Different Question?

Please email us